Burkina novembre 2017

Mission test four solaire boite au Burkina Faso novembre 2017 par jacques Tychyj La déforestation Raréfaction du bois dans les régions au Nord de la capitale, on en vient à brûler les tiges du mil en remplacement du bois rare et cher A Bobo Dioulasso, région qui était encore humide il y a 30 à 40 ans, l’atmopshère devient poussiéreuse Solutions pour y remédier Les modes de cuisson évoluent et le tau, cher aux anciens ne semble plus convenir à la jeune génération Les divers systèmes suivant peuvent apporter une solution en les associant: -Cuiseur bois économe (CBE) si technologie bien respecté, économise 75% du bois et sans fumées -Four solaire boite, parabole, blazing tube, table de cuisson -cuiseur thermos qui peut être aussi un trou dans la terre ave isolation -Séchoir solaire Les mauvaises solutions – les 3 pierres: mode de cuisson traditionnel et encore très répandu mais les fumées traduisent une mauvaise combustion par le fait que le bois est à même le sol avec un rendement diminué, Ces fumées seraient reponsables de maladies pulmonaires avec 4 million de morts par an sur le continent africain, – le gaz coûteux et mauvais rendement (dispersion de l’énergie) – Le charbon de bois car gaspillage du bois ( 8kg de bois pour faire 1 kg de charbon de bois ) Conclusions Des 3 semaines passées en novembre 2017 entre Ouagadougou et Bobo Dioulasso il en ressort que: La raréfaction du bois est bien là et il est urgent d’agir à la fois pour des raisons climatiques et économiques. Le four boite conçu par l’association BISS et testé pendant ce séjour a bien fonctionné avec toutefois des performances en dessous de celles espérées peut être à cause d’une nouvelle conception (vitre en polycarbonate) et pas d’isolation. La pollution de l’air, surtout à Ouagadougou(fumées, poussière et sable en fin de séjour ) et la période saisonnière où le soleil commence à être plus incliné expliquent peut être les performances modestes. L’action menée pendant 3 semaines dans le réseau (connu il y a 50 ans à l’occasion de la coopération) des églises et écoles primaires protestantes, lycées et une école biblique a permis d’intéresser environ 600 personnes en direct et au moins 6000 indirectement. Le Cuiseur économe en bois, le CBE, a suscité un grand intérêt à mon grand étonnement car ils ont déjà malheureusement sauté le pas avec le gaz et charbon de bois. Avec le cuiseur solaire boite, les cuissons de semoule, riz au lait (la population était très étonnée que l’on puisse faire un gâteau avec du riz !), les pommes de terre « robe des champs » pure merveille ainsi que les frites «solaires» ont ravit les goûteurs et goûteuses Les séances de dégustation frisaient parfois une joyeuse émeute ! Les récipients utilisés: une casserole métallique avec couvercle en verre, bocaux à confiture, plat à gâteau avec assiette en verre comme couvercle, série de casseroles avec couvercle en verre du Qatar achetées sur le marché de Bobo Dioulasso. On rappelle qu’il faut toujours utiliser un récipient fermé, si possible de couleur noire et mat. Cette expérience a suscité un grand intérêt et un grand étonnement (comme partout). Voir cuire avec très peu d’eau et se brûler avec cette boite, paraît magique ! L’objectif est d’améliorer ce cuiseur car un peu fragile du fait de sa conception démontable et l’agrandir…un peu. Etudier les divers ingrédients alimentaires et leur cuisson par rapport aux habitudes alimentaires locales. A ces fins, les 2 fours ont été laissés sur place. Trouver à le fabriquer localement pour réduire le coût, l’aide pouvant peut être se limiter à la vitre. Essaimage de cette possibilité de cuisson et vers les régions du Nord du Burkina où le bois devient extrêmement rare, ce qui est possible au travers de ce réseau églises-écoles protestantes ( connu il y a 50 ans lors du service dans la Coopéraation).Cuisiner économe bois solaire2.avi – Google Drive